Maître Pascal PERRAULT

120 rue d'Assas

75006 Paris

Téléphone 01 43 54 25 89

Droit de la construction – La garantie des vices cachés

7 avril 2014

A)    Principe

 

La garantie des vices cachés est, par opposition aux garanties conventionnelles, une garantie légale prévue par les articles 1641 à 1648 du Code civil.

 

Cette garantie des vices cachés profite à l’acheteur.

 

Ainsi, le vendeur est tenu de garantir les vices cachés de la chose vendue « qui la rendent impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise, ou n’en aurait donné qu’un moindre prix, s’il les avait connus ». (Article 1641 du Code civil)

 

Le vice caché peut être défini comme un défaut non apparent affectant une chose, et la rendant impropre à l’usage auquel elle était destinée.

 

Cette garantie légale s’applique à toutes les choses dans le commerce, à tous les biens meubles ou immeubles, corporels ou incorporels.

B)    La garantie légale des vices cachés en matière immobilière

 

*Le vendeur d’immeuble à construire est assujetti en tant que constructeur au régime de responsabilité des constructeurs pour les vices cachés qui rendent l’immeuble impropre à sa destination ou porte atteinte à sa solidité ou au bon fonctionnement de ses éléments d’équipement.

En d’autres termes, si certaines conditions sont réunies, le vendeur d’immeuble à construire peut être redevable de la garantie décennale et de la garantie biennale

Article 1646-1 du code civil :

« Le vendeur d’un immeuble à construire est tenu, à compter de la réception des travaux, des obligations dont les architectes, entrepreneurs et autres personnes liées au maître de l’ouvrage par un contrat de louage d’ouvrage sont eux-mêmes tenus en application des articles 1792 et suivants du code civil

 Ces garanties bénéficient aux propriétaires successifs de l’immeuble.

 Il n’y aura pas lieu à résolution de la vente ou à diminution du prix si le vendeur s’oblige à réparer les dommages définis aux articles 1792, 1792-1 et 1792-2 du présent code et à assumer la garantie prévue à l’article 1792-3. »

*Le vendeur d’immeuble à construire est également assujetti en tant que vendeur à un régime particulier de responsabilité pour les vices apparents.

En effet, dans la vente de droit commun, il n’existe pas de garantie des vices apparents car l’acquéreur est en mesure de déceler ces vices avant la vente. (Article 1642 du code civil)

Or, dans la vente d’immeuble à construire, au moment de la signature du contrat, les futurs vices apparents n’existent pas, (on peut parler de vices cachés en devenir !), d’où un régime particulier visé par l’article 1642-1 code civil :

« Le vendeur d’un immeuble à construire ne peut être déchargé, ni avant la réception des travaux, ni avant l’expiration d’un délai d’un mois après la prise de possession par l’acquéreur, des vices de construction ou des défauts de conformité alors apparents.

Il n’y aura pas lieu à résolution du contrat ou à diminution du prix si le vendeur s’oblige à réparer. »

L’action doit être introduite, à peine de forclusion, dans l’année qui suit la date à laquelle le vendeur peut être déchargé des vices ou des défauts de conformité apparents. (Article 1648 alinéa 2 code civil)

Comme en droit commun des vices cachés, l’acquéreur a le choix entre l’action rédhibitoire en résolution de vente, et l’action estimatoire en diminution de prix, sauf si le vendeur s’engage à réparer le vice ou le défaut de conformité apparent, (Article 1644-1 CC).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître Perrault, Avocat immobilier à Paris, répond à vos questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Current day month ye@r *

2 questions

  1. Luis Chelles dit :

    Bonjour, les acheteurs qui nous attaquent pour mauvaise foi et vice caché ont eu les clés 1 mois avant la signature de l’acte car ils souhaitaient commencer des travaux cela peut-il jouer en notre faveur ? Merci

    • Pascal PERRAULT Pascal PERRAULT dit :

      Cher Monsieur,
      Cela peut effectivement jouer en votre faveur.
      Ceci étant, dans ce type de dossier, les magistrats font une étude au cas par cas.
      Mon cabinet est à votre disposition pour vous accompagner si vous le souhaitez.
      Sentiments les meilleurs.
      Pascal PERRAULT