Maître Pascal PERRAULT

120 rue d'Assas

75006 Paris

Téléphone 01 43 54 25 89

Bail commercial – Caducité de la mesure d’expertise – Prescription

6 mai 2014

11 mars 2014

 

(Cass. 2ème civile 26 septembre 2013 n°12/25433)

 

Vu les articles 2243 et 2247 du code civil, dans leur rédaction applicable à l’espèce et l’article 271 du code de procédure civile,

 

Attendu , selon l’arrêt attaqué, que dans le litige opposant la Sci La Trouvillaise ( la société ) à la société Restaurant du Port , locataire de locaux à usage commercial , en liquidation judiciaire , un arrêt irrévocable du 30 novembre 1999 a fixé à la somme de 213 428, 63 euros l’indemnité d’éviction lui revenant ; que le 14 juin 2006 la société a assigné la société Restaurant du Port devant un tribunal de commerce aux fins de voir ordonner une expertise pour déterminer les sommes qu’elle restait lui devoir ; qu’un jugement du 5 janvier 2007 a accueilli cette demande; qu’un arrêt du 12 novembre 2009 ayant admis la créance de la société Restaurant du Port au passif de la société, en redressement judiciaire , pour un montant de 131 007,39 euros, après compensation, la société a, le 7 octobre 2010, assigné la société Beuzeboc, mandataire liquidateur de la société Restaurant du Port, en paiement d’une certaine somme au titre des travaux de remise en état des lieux loués ; que le mandataire liquidateur a soulevé l’irrecevabilité de la demande en opposant la prescription de l’action et l’autorité de la chose jugée attachée à l’arrêt du 12 novembre 2009,

 

Attendu que pour accueillir la fin de non-recevoir tirée de la prescription et déclarer la société irrecevable en sa demande, l’arrêt retient que l’effet interruptif de l’assignation délivrée le 14 juin 2006 a disparu du fait de la caducité de la mesure d’expertise ordonnée, à défaut de consignation de la provision mise à la charge de la société,

 

Qu’en statuant ainsi, alors que la caducité d’une désignation d’expert qui n’atteint que la mesure d’expertise ordonnée, ne peut priver l’assignation introductive d’instance de son effet interruptif du délai de prescription, la cour d’appel a violé les textes susvisés,

 

PAR CES MOTIFS :

 

Une intéressante précision.

 

La caducité d’une mesure d’expertise, (en l’espèce pour défaut de consignation de la provision de l’expert), n’affecte pas l’effet interruptif de l’assignation délivrée.

 

 

Avocat immobilier Paris / Bail commercial

Maître Perrault, Avocat immobilier à Paris, répond à vos questions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Current day month ye@r *